AIDES À LA NAVIGATION:

CONTENU PRINCIPAL DE LA PAGE:

L’exposition "En regardant San Sebastián"

  • Lieu: Château de la Motte – Mont Urgull ( +34 943 48 15 47)
  • Horaire:
    21 march - 14 avril: du mercredi au dimanche, 10:00-17:30
    15- 28 avril: (Semaine Sainte): tous les jours, 10:00 - 17:30.
    29 avril - 30 juin: du mercredi au dimanche, 10:00-17:30
    1er juillet – 31 août: tous les jours, 11:00-20:00
    1er septembre – 9 décembre: du mercredi au dimanche, 10:00-17:30 (fermé les deux premieres dimanches de septembre).
    10 décembre - march 2019: fermé

L’exposition En regardant San Sebastián, propose un parcours à travers l’histoire de la ville et son évolution économique, urbanistique, sociale et culturelle. Sa référence constante à l’identité basque la convertit en une grande opportunité pour mieux nous connaître et s’introduire dans notre histoire contemporaine.

 

Sections de l’exposition:


1Signes d’identité

Signes d’identité

2À l’ombre du Mont Urgull

À l’ombre du Mont Urgull

3Cité marchande

Cité marchande

4Calendrier festif

Calendrier festif

5De citadelle à ville

De citadelle à ville

6200

200

1 Signes d’identité

Petite introduction où sont brièvement citées diverses caractéristiques identitaires de la ville, qui seront ensuite détaillées tout au long de l’exposition.

En pensant à la ville où nous habitons, nous découvrons les traits qui la dessinent et les aspects qui construisent l’imaginaire collectif. Des aspects transmis et pas toujours partagés mais qui construisent l’identité de San Sebastián:

Marchands et Commerçants; Pêche et Navigation; Militaire et Civil ; San Sebastián, Donostia, Easo, Izurun; Incendie et Reconstruction; Voir et Être vu; Libérale et Éclairée.

l’exposition

2 À l’ombre du Mont Urgull

La coexistence entre civil et militaire forme l’axe conceptuel de cette section, qui met en évidence le statut de San Sebastián comme une ville pour vivre et comme une ville à défendre.

La population, qui vivait à l’intérieur d’une place forte militaire, s’habitua à subir les sièges et les attaques répétés à «la Clé de la France», comme on la surnommait alors, qui représentait un butin hautement convoité. Les guerres européennes, notamment en Espagne et en France, convertissaient San Sebastián à la fois en un lieu de refuge et en objet de siège. San Sebastián était en plus un centre majeur des communications de la zone Cantabrique, un port exportateur de denrées et une ville jouissant d’une grande activité économique.

À l’ombre du Mont Urgull

Un audiovisuel intitulé «Du haut du promontoire» parcourt l’histoire de la ville depuis sa fondation jusqu’à son incendie en 1813 d’un point de vue historique; la coexistence entre militaires et civils est mise en scène à travers sept mannequins représentant des personnages de l’époque: trois soldats, un maire, un corsaire, un Gascon et une femme travailleuse. Les femmes en effet s’acquittaient de tâches diverses pour subvenir aux besoins de la famille (drapières, tenancières d’auberges, porteuses, tisseuses de filets de pêche...).

Locution de l’audiovisuel: Moi, Sancho, roi de Navarre, par la grâce de Dieu, je fais tous les hommes, anciens et jeunes, d’aujourd’hui et de demain, qui peuplent aujourd’hui et peupleront demain San Sebastián (...) J’ai le plaisir, de bon gré et de ma propre volonté, de vous donner et concéder, à vous et à vos successeurs, de bonnes lois et de bons usages.

3 Cité marchande

Les aspects économiques de San Sebastián sont illustrés à travers cette section, dans laquelle on relève la facette commerciale de la ville, tournée depuis ses origines vers la mer et principal port du littoral Cantabrique au Moyen Âge. Cette section aborde les infrastructures et les organismes qui furent créés pour impulser l’activité commerciale de la ville: les trois ports et leur activité commerciale en tant que port fluvial et port maritime; la pêche et la navigation; les chantiers navals; les corsaires; le «Consulat» et la Compagnie Royale de Guipúzcoa à Caracas.

En temps de guerre – nombreuses à partir de la seconde moitié du XVIe siècle – le port sera le point de départ des marins et commerçants, mais aussi des corsaires. Les expéditions corsaires pour défendre les côtes du royaume et pour combattre les ennemis avec l’autorisation du roi, permirent à la flotte de s’armer et d’attaquer en mer en échange du butin.

Cité marchande

Ces activités, avec la pêche, furent les principales sources de revenus de San Sebastián aux XVIe et XVIIe siècles.

En 1728 fut fondée la Compagnie Royale de Guipúzcoa à Caracas pour s’approprier du commerce du cacao du Venezuela, monopolisé par les Hollandais qui le vendaient en Espagne à des prix extrêmement élevés. La nouvelle compagnie fut un moteur qui réactiva l’économie de la ville.

4 Calendrier festif

San Sebastián vit ses fêtes avec enthousiasme. Certaines sont fruits de la tradition, d’autres de nouvelles formes de manifestations culturelles d’une ville ouverte à la modernité. Mais toutes sont révélatrices de la société de San Sebastián: «Tamborradas» le jour de la Saint Sébastien. Fêtes patronales (Semana Grande); 31 août; Foire de Santo Tomás; Festival International du Film; Festival de Jazz; Quinzaine Musicale; les Chaudronniers; Carnaval; fêtes basques et régates.

Calendrier festif

5 De citadelle à ville

Section qui se compose de trois espaces dans lesquels des maquettes, des supports graphiques, une récréation virtuelle, des plans et divers objets nous permettent d’analyser les différentes transformations de la ville: urbanistiques – incendie, démolition des murailles, agrandissements-; idéologiques – ville libérale, guerres, presse, rôle de capitale –; et économiques- les manufactures de la ville, les améliorations du transport, le téléphone, la Belle Époque, le tourisme...

De citadelle à ville

La cité grandit

Depuis le peuplement primitif à l’ombre du Mont Urgull, San Sebastián se fortifie et grandit au rythme de l’Histoire. D’abord comme comptoir médiéval puis comme cité et place forte. Sa destruction par un incendie amènera la modernité la plus ambitieuse, révélant l’esprit d’entreprise et combattif de ses habitants.

La ville libérale

Le penchant pour la culture française de San Sebastián, une ville ouverte aux idées de la Révolution Française, explique le caractère libéral de ses habitants, qui se maintiendrait au fil du temps malgré les circonstances adverses, les guerres et les sièges.

Le progrès

L’arrivée du gaz, du béton et du chemin de fer marquèrent le saut définitif vers la modernité d’une ville au nouveau visage qui incorporerait peu à peu toutes ces transformations au fur et à mesure des nouvelles édifications.

De citadelle à ville

6 200

L’installation-vidéo 200 conclut la visite dans la Maison de l’Histoire. Ce travail projeté sur une toile grand écran se compose d’une sélection de 13 histoires qui nous parlent de notre mode de vie en société, des guerres, de la culture, de l’industrie, du sport ou de la gastronomie. La projection nous propose près de 2000 images tout au long d’un parcours didactique, rigoureux, émouvant et amène.

Cet audiovisuel est interactif et participatif : interactif, parce que le propre visiteur choisit lui-même la période qu’il veut découvrir, et participatif, parce que 200 jeunes de différents établissements scolaires de la ville ont collaboré à sa réalisation.

200

Explorez l'art avec zoom


WEB-TÊTE:

San Sebastián, ciudad de la cultura

Sélection de la langue

Menu auxiliaire:

Museo San Telmo dans les réseaux sociaux:

  • Facebook
  • Twitter
  • Flickr
  • Youtube
  • Ayuntamiento de Donostia-San Sebastián

MENU_TEMATICO:


MENU PRINCIPAL:


MOTEUR DE RECHERCHE:


PIED DE PAGE:

  • Ayuntamiento de Donostia-San Sebastián
  • Gobierno Vasco
  • Diputación Foral de Gipuzkoa
  • Ministerio de Cultura

AIDES À LA NAVIGATION: